lancement du projet

Minorque parie sur l'apiculture de précision

Les apiculteurs de l’île et leur gouvernement voient dans la technologie l’opportunité d’apporter un nouvel élan à la filière. Avec le projet « apiculture de précision 2020 » ils signent la première initiative de cette envergure sur le territoire espagnol

 

Le miel de Minorque est très apprécié et souvent primé par ses qualités et caractéristiques exceptionnelles. Au point que sur l’ile, les apiculteurs n’ont aucune difficulté à placer leur production bien avant la récolte. Et pourtant le secteur subit les mêmes menaces qu’ailleurs. Pire encore, il doit se conformer à deux contraintes supplémentaires qui sont l’insularité, qui empêche toute transhumance, et le changement climatique, très marqué en méditerranéenne. De ce fait, s’imposent aux apiculteurs une vigilance accrue et une stricte minimisation des risques.

Les apiculteurs sont pleinement conscients de ces risques. Comme l’a exprimé leur président Bernat Cardona lors du tour de presse de lancement du projet « on doit fournir plus de travail pour une production toujours plus limitée ». A partir de ce constat ils comprennent que seulement une rupture technologique pourrait apporter des nouvelles marges de manœuvre.

Antoni Anglada, apiculteur professionnel et gérant de la marque de miels Dolçamar, voit également dans l’apiculture de précision l’outil qui pourra faciliter sa transition vers l’apiculture biologique. Comme il le fait remarquer, le produit d’exception produit sur l’île doit être également impeccable sur les méthodes de production.

L’administration est également sensible aux risques qui surplombent non seulement la filière. Mais également les services de pollinisation et la durabilité des écosystèmes. Rappelons que Minorque a été classée en 1993 Reserve de la Biosphere par l’UNESCO. Le Conseiller d’économie et territoire Miquel Company parie sur l’alliance entre technologie, innovation, économie et écologie, pour apporter des solutions concrètes sur le terrain.

Huit ruchers repartis sur l’ile

C’est grâce à cette alliance d’acteurs, de volontés et de visions que le projet « Apiculture de précision 2020 » voit le jour. Première initiative de ce type sur le territoire espagnol. Dans la première phase du projet, quatre apiculteurs vont équiper 150 ruches connectées reparties sur les différents biotypes de l’ile.

L’objectif est simple : améliorer les opérations et réduire les non-valeurs. Autrement dit, il s’agit d’améliorer l’exploitation et réduire la mortalité grâce à une conduite plus efficace des ruchers.

La technologie de monitoring en temps réel permettra aux apiculteurs de disposer des informations précises à tout instant.

Ces informations concernent l’état actuel du rucher mais également les prévisions d’évolution à 5 jours. Les modèles que développe l’entreprise, inspirées du monde aéronautique, doivent fournir aux apiculteurs des éléments décisionnels de première main.

Projet Apiculture de precision 2020
Les ruchers qui participent au projet "Apiculture de précision 2020" à Minorque

Un plan de formation

Au-delà de l’aspect technologique, le projet contient également un volet de formation. L’apiculture de précision n’est pas une simple digitalisation des pratiques ; c’est un nouveau paradigme. Pour en tirer un bénéfice maximal, l’apiculteur doit savoir analyser les informations qui lui sont fournies. C’est pourquoi la formation est essentielle pour l’enracinement de ces nouvelles pratiques. De fait, nous-mêmes, chez Mellisphera continuons d’apprendre tous les jours au contact des données que nous analysons. En somme, l’adoption de ces nouvelles pratiques passe par un plan de formation bien pensé et structuré. A titre d’exemple, la formation que nous avons dispensé à la Chambre d’Agriculture de Pau l’été dernier nous a permis de faire une première structuration de contenus.

Une base de données essentielle

Outre la formation, les ingénieurs de Mellisphera assureront l’appui technique aux apiculteurs en réalisant un suivi systématique des colonies. C’est un vrai travail d’équipe pour caractériser le comportement des colonies au regard de l’ensemble des informations collectées.

Nous avons également l’ambition d’améliorer nos modèles. En effet cette base de données nous permettra d’enrichir l’algorithme MBLM*. Ce modèle, mis au point sur un climat océanique/continental va être étendu aux spécificités du climat et des abeilles méditerranéennes.

Un enjeu de taille

A tout égard, ce projet contribuera à réaliser l’ambition de Mellisphera : ramener à 10% le taux de mortalité des ruches connectées, tout en remontant le taux de ruches productives de 50 à 70%. Ce sont des objectifs qui stimulent notre créativité et notre engagement. Nous savons à quel point la filière en a besoin. Nous sommes ravis de pouvoir mener ce combat aux côtés d’apiculteurs engagés et visionnaires.

… et un clin d’œil à l’histoire

Les apiculteurs de Minorque ont également une ambition qui les relie avec leur histoire. En 1885 Francesc Andreu Femenias a introduit à Minorque la première ruche à cadres du territoire Espagnol. De ce fait, cette nouvelle technologie avait positionné, à l’époque, Minorque comme pionnière de l’apiculture moderne en Espagne.

135 ans plus tard, les apiculteurs de l’ile et leur administration parient à nouveau sur la technologie pour impulser le secteur au plus haut.

An rucher à Minorque