suivi du rucher en temps réel

Au-delà des inspections : suivre son rucher en temps réel

L’apiculture de précision se caractérise par le suivi du rucher en temps réel. Ceci est utile à chaque instant, mais également à l’heure de réaliser le bilan. Cet article présente une analyse détaillée de trois ruchers suivis tout au long de la saison 2019.

 

Dans un rucher comme dans la vie il y a des ruches qui marchent bien, d’autres moyen et d’autres pas du tout. L’apiculteur en bon éleveur, accompagne chaque colonie pour l’aider à exprimer tout son potentiel.

La spécificité de l’apiculture par rapport à d’autres métiers d’élevage est de travailler avec un super-organisme. Conduire une colonie non visible à l’œil nu et présentant un développement très variable. Voici le challenge pour l’apiculteur. En deux semaines une colonie peut traverser plusieurs états : accélérer ou péricliter tout est possible.

Au sein d’un rucher, chaque ruche suit sa propre dynamique. Les généralisations ne sont pas très efficaces en apiculture et il faut gérer -à la colonie- pour arriver à en exprimer le meilleur de chacune.

Pour faire face à ces contraintes les apiculteurs effectuent des suivis tous 15 jours en moyenne. Deux semaines dans la vie d’un super-organisme c’est loin d’être 2 semaines dans la vie de n’importe quel autre animal. La production de toute une saison peut se décider en 15 jours, la reproduction naturelle (essaimage) peut se déclencher en 15 jours. Une colonie qui a 3.000 abeilles en février en aura 60.000 en juillet : c’est +2000% en 6 mois, soit environ +166% tous les 15 jours.

Par le passé les aléas climatiques et environnementaux étaient moins présents et c’était possible de pratiquer une apiculture calendaire. Cette époque est révolue. Le suivi tous les 15 jours est devenu le compromis que l’apiculteur adopte pour conduire son exploitation de façon à peu près rentable.

Concept de suivi du rucher en temps réel

Apiculture de précision – un nouveau paradigme

Pour assurer un suivi adapté des colonies, être informé en temps réel devient un vrai atout. Savoir ce qu’il se passe pour agir au bon moment. L’apiculture de précision apporte une conception radicalement différente à celle de l’apiculture calendaire. Le concept d’inspection est inversé : Le déplacement sur le rucher n’est plus pour diagnostiquer mais pour agir directement car le diagnostic a été réalisé en amont.

Chez Mellisphera nous avons mis au point des algorithmes permettant de suivre le développement des colonies en temps réel tout au long de la saison. Il est maintenant possible de connaître le niveau de couvain de chaque ruche sans l’ouvrir.

Pour l’apiculteur c’est un excellent outil d’aide à la décision qui lui permet de quantifier la situation à chaque instant, assurer la santé de ses colonies et une meilleure maitrise de ses risques.

Valeurs et non-valeurs d'un rucher suivi en temps reel

Regardons ce rucher avec 5 ruches monitorées. Alors qu’elles ont toutes un départ relativement groupé en début de saison, le 9 avril le peloton de désagrège. Les jeux se font à ce moment, avec celles qui entreront en production et celles qui ne réussiront pas à décoller. La ruche verte RHH est fruit d’une division et décolle plus tard dans la saison.

Les meilleures réussissent à développer leur couvain rapidement et se maintiennent à un bon niveau toute la saison. Les autres vont vivoter pendant 3 mois pour éventuellement se récupérer à la fin de la saison. Les perdantes entameront une ou plusieurs descentes aux enfers, enchainant essaimages et autres déboires.

 

Chaque rucher avec sa propre dynamique

Le potentiel de l’outil est démultiplié lorsqu’on compare plusieurs ruchers entre eux. Dans notre cas trois ruchers de trois apiculteurs différents situés à moins de 40km de distance l’un de l’autre. Ils profitent globalement de la même météo, (voir l’article « le cas de la ruche5 » sur ce sujet). Pourtant en fonction de l’implantation locale, des ressources et des pratiques de l’apiculteur, leur trajectoire sera complètement différente.

Suivi en temps reel de trois ruchers

Le rucher A démarré en mars, le rucher B en avril et le rucher C en mai. Il s’en suit un déroulement assez semblable : celles qui décollent, celles qui vivotent et celles qui décrochent. A la fin de la saison, après la récolte, la descente du couvain est également différente. Pour A et B elle est modérée pour C très accentué … à cause d’une raison très concrète qui fera l’objet d’un prochain article.

Conclusion

On a vu que chaque rucher présente un développement caractéristique. Au même temps, chaque ruche suit une trajectoire propre. L’apiculture de précision repose sur la connaissance de ces dynamiques. Le suivi du rucher en temps réel offre à l’apiculteur une visibilité accrue sur son cheptel. Ce qui a pour conséquence une prise de décision plus pertinente et éclairée.

L’apiculteur finit alors par se demander comment il faisait, à l’époque où il relevait les informations tous les 15 jours…


Pour aller plus loin

La dynamique des colonies n’est pas un sujet nouveau. Ce rapport du centre suisse de recherches apicoles datant de 1996 permet d’aller plus en détails. Nous conseillons particulièrement la lecture de sa conclusion.