suivi du rucher en temps réel

Au-delà des inspections : suivre son rucher en temps réel

suivi du rucher en temps réel

Au-delà des inspections : suivre son rucher en temps réel

L’apiculture de précision se caractérise par le suivi du rucher en temps réel. Ceci est utile à chaque instant, mais également à l’heure de réaliser le bilan. Cet article présente une analyse détaillée de trois ruchers suivis tout au long de la saison 2019.

 

Dans un rucher comme dans la vie il y a des ruches qui marchent bien, d’autres moyen et d’autres pas du tout. L’apiculteur en bon éleveur, accompagne chaque colonie pour l’aider à exprimer tout son potentiel.

La spécificité de l’apiculture par rapport à d’autres métiers d’élevage est de travailler avec un super-organisme. Conduire une colonie non visible à l’œil nu et présentant un développement très variable. Voici le challenge pour l’apiculteur. En deux semaines une colonie peut traverser plusieurs états : accélérer ou péricliter tout est possible.

Au sein d’un rucher, chaque ruche suit sa propre dynamique. Les généralisations ne sont pas très efficaces en apiculture et il faut gérer -à la colonie- pour arriver à en exprimer le meilleur de chacune.

Pour faire face à ces contraintes les apiculteurs effectuent des suivis tous 15 jours en moyenne. Deux semaines dans la vie d’un super-organisme c’est loin d’être 2 semaines dans la vie de n’importe quel autre animal. La production de toute une saison peut se décider en 15 jours, la reproduction naturelle (essaimage) peut se déclencher en 15 jours. Une colonie qui a 3.000 abeilles en février en aura 60.000 en juillet : c’est +2000% en 6 mois, soit environ +166% tous les 15 jours.

Par le passé les aléas climatiques et environnementaux étaient moins présents et c’était possible de pratiquer une apiculture calendaire. Cette époque est révolue. Le suivi tous les 15 jours est devenu le compromis que l’apiculteur adopte pour conduire son exploitation de façon à peu près rentable.

Concept de suivi du rucher en temps réel

Apiculture de précision – un nouveau paradigme

Pour assurer un suivi adapté des colonies, être informé en temps réel devient un vrai atout. Savoir ce qu’il se passe pour agir au bon moment. L’apiculture de précision apporte une conception radicalement différente à celle de l’apiculture calendaire. Le concept d’inspection est inversé : Le déplacement sur le rucher n’est plus pour diagnostiquer mais pour agir directement car le diagnostic a été réalisé en amont.

Chez Mellisphera nous avons mis au point des algorithmes permettant de suivre le développement des colonies en temps réel tout au long de la saison. Il est maintenant possible de connaître le niveau de couvain de chaque ruche sans l’ouvrir.

Pour l’apiculteur c’est un excellent outil d’aide à la décision qui lui permet de quantifier la situation à chaque instant, assurer la santé de ses colonies et une meilleure maitrise de ses risques.

Valeurs et non-valeurs d'un rucher suivi en temps reel

Regardons ce rucher avec 5 ruches monitorées. Alors qu’elles ont toutes un départ relativement groupé en début de saison, le 9 avril le peloton de désagrège. Les jeux se font à ce moment, avec celles qui entreront en production et celles qui ne réussiront pas à décoller. La ruche verte RHH est fruit d’une division et décolle plus tard dans la saison.

Les meilleures réussissent à développer leur couvain rapidement et se maintiennent à un bon niveau toute la saison. Les autres vont vivoter pendant 3 mois pour éventuellement se récupérer à la fin de la saison. Les perdantes entameront une ou plusieurs descentes aux enfers, enchainant essaimages et autres déboires.

 

Chaque rucher avec sa propre dynamique

Le potentiel de l’outil est démultiplié lorsqu’on compare plusieurs ruchers entre eux. Dans notre cas trois ruchers de trois apiculteurs différents situés à moins de 40km de distance l’un de l’autre. Ils profitent globalement de la même météo, (voir l’article « le cas de la ruche5 » sur ce sujet). Pourtant en fonction de l’implantation locale, des ressources et des pratiques de l’apiculteur, leur trajectoire sera complètement différente.

Suivi en temps reel de trois ruchers

Le rucher A démarré en mars, le rucher B en avril et le rucher C en mai. Il s’en suit un déroulement assez semblable : celles qui décollent, celles qui vivotent et celles qui décrochent. A la fin de la saison, après la récolte, la descente du couvain est également différente. Pour A et B elle est modérée pour C très accentué … à cause d’une raison très concrète qui fera l’objet d’un prochain article.

Conclusion

On a vu que chaque rucher présente un développement caractéristique. Au même temps, chaque ruche suit une trajectoire propre. L’apiculture de précision repose sur la connaissance de ces dynamiques. Le suivi du rucher en temps réel offre à l’apiculteur une visibilité accrue sur son cheptel. Ce qui a pour conséquence une prise de décision plus pertinente et éclairée.

L’apiculteur finit alors par se demander comment il faisait, à l’époque où il relevait les informations tous les 15 jours…


Pour aller plus loin

La dynamique des colonies n’est pas un sujet nouveau. Ce rapport du centre suisse de recherches apicoles datant de 1996 permet d’aller plus en détails. Nous conseillons particulièrement la lecture de sa conclusion.


annonce arrivée mellisphera v2

Bientôt mellisphera V2 !

annonce arrivée mellisphera v2

Mellisphera v2 arrive bientôt!.

Résultat du suivi rapproché d’une dizaine d’utilisateurs clé et de nombreuses rencontres. Nous avons d’abord analysé consciencieusement leurs besoins et leurs cas d’usage. Ensuite l’équipe de développement les a intégré dans une toute nouvelle version pour y réponde le plus fidèlement possible.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le lancement de Mellisphera v2 est prévu en septembre 2019.

Voici les deux facettes principales qu’elle comportera :

Vue rucher

Comprendre l’état de son rucher d’un seul coup d’œil. Telle est l’ambition de ce tableau de bord qui présente de façon simple et à la fois exhaustive l’état des ruches, les inspections et les alertes.

A partir d’un schéma ou photo du rucher il suffit de naviguer sur chacune des ruches pour analyser simplement leur situation individuelle.

Cette interface est destinée à l’ensemble des apiculteurs. Elle devient ainsi l’outil de travail qui leur permet de prendre les décisions opportunes.

Vue analyse

Parfois il est nécessaire d’approfondir une analyse en croisant des données de nature différente. C’est ce que permet la vue Analyse. Il s’agit d’une interface « experte » qui apporte toute la flexibilité pour croiser les informations selon vos besoins propres. Car il est important de laisser à l’utilisateur la possibilité de « construire par lui même » l’agrégation d’informations qu’il considère opportunes.

Ce module permet également l’accès à l’historique de données. De cette façon vous pouvez croiser des informations de miellée ou couvain vis à vis de la météo et les comparer avec la même période de l’année précédente.

Le système d’alertes

Le tout nouveau système d’alertes vient compléter ces deux modules. Les apiculteurs ont besoin de notifications en temps réel. Partant de ce fait nous avons conçu un système qui informe sur l’état de ruches en y associant un suivi météorologique poussé.

Sans oublier l’ergonomie

Mellisphera v2 dispose également d’une ergonomie fortement soignée. Par exemple, nous avons consacré un effort important pour atteindre une navigation intuitive et fluide. Le résultat est un outil qui n’a pas d’égal ailleurs. A première vue d’une apparence sobre, la puissance se trouve sous le capot.

A vous de l’exploiter à son maximum!


mellisphera apiculteur connecté ruche connectée apiculture numérique

L'apiculture de précision ça s'apprend

L’apiculture de précision ça s'apprend

Le 11 juillet à la Chambre d'Agriculture de Pau, une vingtaine d'apiculteurs se sont réunis avec l'intention d'en apprendre d'avantage sur l'apiculture de précision. Compte rendu d'une soirée riche en échanges.

D’abord, le couvain

L’entrée en matière s’est faite avec la compréhension fine du développement du couvain. Ce sont les mesures et l’analyse de la température interne des ruches qui permettent d’évaluer la « force » d’une colonie. Des cas pratiques ont été présentés et ont soulevé de nombreuses questions de l’auditoire.

Le suivi des ressources

L’apiculture de précision passe également par un suivi précis des ressources, qui peut être fait de façon horaire, journalière et saisonnière. Les miellées ont été étudiées naturellement, mais également les consommations selon la période considérée. Les essaimages sont également détectables grâce à la mesure précise du poids d’une ruche. Combiné à la température interne, nous avons pu comprendre un remplacement de reine suite à un essaimage. Nous avons montré et discuté de comment identifier chacune de ces situations au cours de cette partie.

Utiliser la météo

Toute colonie dépend fortement de son environnement. Nous avons analysé avec le public des cas d’école selon différentes conditions climatiques : des périodes de gelée, de canicule, de pluie… Ce premier rendez-vous était une initiation que nous allons approfondir par la suite avec la mise en place d’alertes pour informer les utilisateurs des évènements notables sur leur rucher.

Témoignage d’un apiculteur connecté

Jean-Claude PUECH, apiculteur de loisir utilisant Mellisphera depuis plus d’un an, s’est joint aux conférenciers pour partager son expérience. Très pris notamment par son travail et sa famille, la possibilité d’avoir les données traitées à distance et en temps réel lui est précieuse. Cette fonctionnalité prend tout son sens puisque ses trois ruchers sont à plusieurs dizaines de kilomètres de chez lui. Il a ainsi montré comment il anticipe ses visites à ses différents ruchers, prépare ses inspections, et cible les ruches à inspecter.

Former et informer

C’était notre première conférence publique. L’apiculture de précision s’apprend et nous nous sentons engagés dans cette mission de pédagogie. La formation est nécessaire pour tout apiculteur souhaitant appréhender cette vision innovante de la gestion apicole. Guettez la programmation de futurs rendez-vous !

Remerciements

Nous sommes reconnaissants envers la Chambre d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques qui nous a permis d’organiser cet événement dans des conditions idéales. Nous remercions également chacun des participants qui ont enrichi les échanges par leurs questions et partages !


Conférence - Introduction à l'apiculture de précision

Conférence publique

Introduction à l’apiculture de précision

Mieux conduire son rucher grâce au numérique

Jeudi 11 juillet 2019
18h30

Chambre d’Agriculture
124, boulevard Tourasse 64000 PAU



Salle Océane (RDC, près de l’accueil)
Plan d’accès en bas de page

 

Apiculteurs débutants, confirmés, experts ou curieux de la nature,

vous êtes tous les bienvenus !

Evènement organisé par

Programme


18h30 – 19h00

Accueil

19h00 – 20h00

Conférence

Le couvain

La température intérieure des ruches
La mesurer à l’aide de capteurs
Exemple sur deux ruches
Vue d’ensemble d’un rucher

Les colonies

La variation de poids
Les essaimages
Les mesures des capteurs
Trois ruches, trois parcours

La météo

Comment travailler avec la météo
Historique météo et miellées
Travailler avec les prévisions météo

20h00 – 20h30

Temps d’échange

Accès

Les arrêts de bus à proximité sont :

– « Chambre d’agriculture » : lignes 12 et T4
– « Tourasse – Cité Administrative » : ligne 13 et nouvelle ligne F

Deux parkings extérieurs sont à votre disposition pour vous garer.

Ne pas se garer dans le parking sous-terrain dont les portes seront fermées durant la conférence.

French tech logo pau hélioparc mellisphera

Comprendre les miellées

Au fil des miellées

Comprendre les miellées est un besoin elementaire pour chaque apiculteur. Ou plutôt tacher de les comprendre tellement le sujet peut devenir complexe. Les apiculteurs proféssionnels développent au fil des années ce savoir faire critique pour leur exploitation. Les apiculteurs de loisir démarrent avec quelques rudiments en essaiant de rafiner leur perception au fil des années.

 

Un des attraits de la pratique de l’apiculture c’est qu’elle vous immerge dans la nature. Vous devenez un observateur averti de l’écosystème car vous et vos abeilles en dépendez.

Au bout d’une saison de pratique vous assimilez aisément le calendrier des floraisons. En mars le cerisier, en avril le pommier et le colza, en mai l’acacia, en juin le châtaignier… Puis en août c’est la disette… Ce suivi attentif de votre milieu naturel vous permet de percevoir des évènements qui passent inaperçues aux non-initiés. Mais comprendre les floraisons n’est pas comprendre les miellées.

Fleurs vs miellée : condition nécessaire mais pas suffisante

Avoir des fleurs n’implique pas nécessairement l’existence de nectar, donc de ressources pour les abeilles. En effet, nombreux facteurs conditionnent l’existence d’une miellée : la température et humidité ambiantes, les dernières pluies et leur intensité, la profondeur des racines pour des plantes comme le colza ou le tournesol.

La miellée n’est pas acquise ni aisée à identifier. D’autant plus que vous n’allez pas monter la garde sous le pommier de votre voisin pour les voir venir butiner !

Mesurer c’est comprendre

Un capteur de poids installé sous la ruche vous donnera des informations bien plus détaillées. D’un simple coup d’œil il devient possible de suivre le déroulement des miellées, leur intensité et les périodes de disette.

Au-delà de l’aspect ludique, il s’agit d’un réel outil d’aide à la décision qui vous permet de juger du moment opportun pour installer une nouvelle hausse ou, au contraire, de soutenir une colonie en manque de réserves.

L’apiculture de précision transforme la pratique de l’apiculture. Comprendre les miellées est un atout pour chaque apiculteur. De cette façon il peut se rapprocher du milieu environnant pour une pratique plus précise, plus intense.

fig 1 : Calendrier des miellées d’une colonie. Les cercles verts indiquent une augmentation du poids, alors que les rouges indiquent une perte de poids de la ruche. Leur taille représente la quantité gagnée ou perdue.


Proches de la victoire au salon e-Py !

E-Py : les Pyrénées numériques

C’est le nom du salon palois auquel nous avons participé le jeudi 13 juin ! Ce nom reflète bien notre activité : la nature et le digital, intimement liés. Magnifique lieu que le palais Beaumont pour se retrouver entre professionnels de l’innovation numérique et le grand public. De la start-up aux collectivités en passant par les incubateurs et financeurs, tous les types d’acteurs de l’écosystème numérique local étaient présents à ce rendez-vous.

L’équipe Mellisphera était présente au complet sur notre stand pour exposer notre plateforme pour ruches connectées. Impossible de manquer Mellisphera lors de ce rendez-vous : le projet a été mis en valeur à plusieurs reprises !

Mellisphera à l’honneur à plusieurs reprises

Le fondateur Lorenzo PONS a participé à la table ronde « les data, l’intelligence artificielle et leurs applications dans le monde de l’entreprise » aux côtés d’Alexandre Stojanovic de BS Digital, et de Fabrice Vaillant, directeur général adjoint du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne. La session « pitch » accueillant une dizaine d’entrepreneurs a permis cette fois à Lorenzo de mettre en avant la technicité de la conduite apicole et la possibilité d’apporter des solutions aux enjeux des apiculteurs et de la biodiversité grâce au numérique.

Aussi, de nombreux trophées ont été remis et Mellisphera a frôlé les récompenses e-Py ! Nous étions finalistes dans la catégorie big data et innovation digitale, et c’est ST37 qui a remporté ce prix. Enfin, parmi les 10 projets choisis pour le trophée « coup de coeur du public », nous sommes arrivés deuxièmes, tout près derrière Le Voyage aux Pyrénées. Ces sélections sont de belles reconnaissances pour le projet et notre investissement dans son développement. Il ne tient qu’à nous de progresser encore pour atteindre la première marche du podium !

Temps fort

La soirée a été marquée par la conférence du professeur de philosophie Raphaël Enthoven autour du sujet « la démocratie à l’épreuve des réseaux sociaux ». Théâtral, passionné et s’appuyant sur de multiples sources de tous lieux et époques, le philosophe a disséqué la place et les enjeux des réseaux sociaux dans divers contextes politiques. Qu’il était surprenant de prime abord de mêler Epicure, Socrate, Darwin, Hobbes et tant d’autres à la définition des réseaux sociaux ! Merci à lui de nous avoir fait voyager dans ses observations et réfléxions autour des libertés et contraintes d’un contexte politique à un autre.

Remerciements

Nous remercions vivement Pyrénées Presse d’avoir organisé cet évènement, ainsi que tous les participants d’avoir fait de cette journée un formidable moment riche de rencontres. Merci également à toutes les personnes qui ont voté pour nous !


Mellisphera entre dans la communauté open source

Communiqué de presse : la santé des abeilles en open source

Mellisphera en open source

PAU, 5 juin 2019 – La start-up Mellisphera a annoncé, à l’occasion du salon Vivatech 2019, l’ouverture des sources de sa plateforme MelliHealth. Elle informe les apiculteurs de l’état de santé de leurs abeilles.

Mellihealth, la santé des abeilles

Hébergée à la Technopole de Pau, Mellisphera est une start-up de l’AgriTech consacrée à l’apiculture de précision. Depuis début 2018, elle conçoit une plateforme permettant de suivre la santé des abeilles et la production de miel. Des informations, telles que la température ou le poids d’une ruche, sont mesurées par divers capteurs. Connaître ces paramètres est essentiel, que l’on soit apiculteur amateur ou professionnel. D’autre part, la possibilité de consulter ces informations de chez soi permet d’optimiser les déplacements.

Un guide pour les apiculteurs

Jusqu’ici, les données collectées par des capteurs spécifiques aux ruches étaient restituées brutes aux apiculteurs. A l’aide de l’intelligence artificielle, Mellisphera apporte une analyse poussée des données avec des alertes et des prévisions. La plateforme utilise également des données de floraison et de météorologie. Ainsi Mellisphera devient un véritable guide, un outil d’aide à la décision pour une conduite apicole de précision.

Le choix du logiciel libre

Alors que nombreuses initiatives émergent de par le monde pour pallier au déclin des abeilles, l’entreprise propose un socle partagé pour accélérer l’émergence de solutions concrètes. De cette façon, Mellisphera met à disposition du public le fruit de 18 mois de travail. Exprimant ainsi sa conviction que la collaboration est une condition essentielle pour aboutir à une solution performante pour les apiculteurs… et les abeilles.

Pour en savoir plus

Mellisphera est hébergée par GitHub sous licence Apache 3. Lisez contributing.md pour vous lancer dans l’aventure ou contactez-nous


La Ferme Digitale au coeur de Paris

Le 5 juin 2019, nous avons participé au LFDay. Voici le compte rendu de nos impressions !

Une initiative pas comme les autres

La Ferme Digitale pourrait à quelques égards être comparée avec des initiatives de transformation comme l’Usine du Futur ou Industrie 4.0. Néanmoins, elle présente deux caractéristiques bien propres :

La première est qu’elle a été fondée par des visionnaires entrepreneurs. Ils ont créé cette association sans que personne ne leur demande.  En dehors de toute initiative institutionnelle ou étatique, c’est l’expression du besoin de fédérer des acteurs d’une filière. Paolin Pascot fondateur de la place de marché agriconomie.com et Florian Breton fondateur de miimosa.com le site de financement participatif pour les agriculteurs sont à l’origine de cette initiative.

La seconde concerne les valeurs. Dans les objectifs fondateurs de l’association sont clairement exprimés l’engagement pour l’écologie, pour la société et pour les agriculteurs.

L’ambition est énorme et la techno n’est qu’un moyen

Il n’est pas seulement question de technologie ou de numérique : il est question de se battre pour l’agriculture et l’agronomie de demain, de pérenniser l’agriculture française. Il faut réussir la transformation écologique, économique au même temps que celle des modes de consommation.

Ces enjeux étaient palpables dans les couloirs de l’exposition avec la centaine de startups de l’AgriTech qui exposaient leurs produits et idées. Une centaine d’acteurs, c’est à la fois beaucoup et pas suffisant. Avec 13Md$ investis dans le monde ces 5 dernières années dans l’AgriTech, dont 5Md$ rien qu’en 2018 (source Digital Food Lab), il s’agit d’une vraie accélération, même si, sans surprise, la Chine et les Etats-Unis se placent sur le podium et que l’Europe apparaît à la traîne avec seulement 8% de ces investissements.

Les agriculteurs doivent être acteurs

On a également entendu que les agriculteurs doivent prendre leur communication en main pour que « d’autres ne parlent à notre place ». J’ai plus envie de dire qu’une révolution est en marche, et qu’il faut qu’ils en soient partie prenante. Dans les couloirs de l’expo, il manquait plus d’agriculteurs, intéressés par les nouvelles technologies et leurs applications pratiques.

Un mouvement est en train de grandir. Les exploitants agricoles doivent s’en saisir à risque d’être une fois de plus soumis à des forces qui les contraignent.

Tech for good ?

Résonnent encore les paroles de Cédric Villani lors du discours de clôture « Le rêve est bien sûr la réconciliation de l’humanité avec l’agriculture et l’environnement ». Voici une idée qui donne matière à réfléchir et avec laquelle j’ai envie de clore cet article.

 

L.Pons


Annonce spéciale à Vivatech

Quel salon ! Nous avons vécu une expérience exceptionnelle au parc des expositions de Paris, Porte de Versailles. 13,000 exposants étaient au rendez-vous de 124,000 visiteurs qui sont passés les rencontrer pendant ces 3 jours.

Un public engagé

Nous avons eu la chance d’accueillir des dizaines de visiteurs. Amateurs d’apiculture, de nature, ou attirés par les petits pots de miel préparés pour l’occasion. Nous leur avons présenté Mellisphera et ce que l’apiculture numérique apporte aux apiculteurs et citoyens.

Nos visiteurs ont été d’une grande curiosité et ont posé nombreuses de questions, auxquelles nous avons répondu avec plaisir. Ils ont parfois été surpris par les informations affichées avec des réactions d’étonnement « je ne savais pas qu’une ruche pouvait essaimer trois fois de suite », « les abeilles peuvent récolter 2 kilos de nectar dans la journée ! est-ce possible ? », « il y a vraiment des périodes de disette qu’il faut réussir à traverser… »

Une grande annonce

Vivatech restera également une étape clé dans le développement de Mellisphera. C’est ici que nous avons annoncé publiquement l’ouverture des sources de notre plateforme qui a été baptisée MelliHealth pour l’occasion.

Nous ouvrons à la communauté le résultat de 18 mois de développement, constatant que de nombreuses initiatives émergent de par le monde pour pallier au déclin des abeilles, et que chacune doit d’abord surmonter les mêmes obstacles d’agrégation de données.

Ce socle partagé devrait accélérer l’émergence de solutions à forte valeur ajoutée grâce à la collaboration

Point de rencontres

Le salon est aussi l’occasion de croiser d’autres acteurs de notre écosystème. La Ferme Digitale est une initiative structurante au niveau national. Trois solutions de ruche connectée étaient également présentes : Nectar venus de Montréal, API-Smart et la ruche Cocoon de Beelife depuis la région sud.

Remerciements et félicitations

Cet article ne saurait pas se terminer sans nos remerciements à l’équipe start-up de la région Nouvelle Aquitaine qui nous a chaleureusement accueillis dans un espace très attrayant et design pour l’évènement.

Et un grand Bravo! à nos amis et voisins de bureau ST37 Sport et Technologie, qui avec leur dispositif d’arbitrage par l’IA ont remporté le prix du meilleur projet digital 2019 décerné par France Entreprise Digital !


Le cas de la ruche 5

Le cas de la ruche 5

english version

Notre ruche R5 qui en 2018 avait réalisé une belle miellée d’acacia ne semble pas très bien réussir en 2019. Alors que lors des inspections elle semblait bien se développer, les résultats sont sans appel : 4,9 kg produits contre 15,8 l’an dernier. Le détail journalier est donné ci-dessous :

L’apiculteur hâtif attribuerait cette baisse de production à un défaut de miellée, ou à une reine en déclin. « Elle a bien marché l’an dernier et doit baisser de régime cette année » aurait-il (ou elle) pu dire.

Voyons néanmoins ce que disent les données.

Tout d’abord l’état du couvain

Notre ruche présente une excellente vitalité. Elle affiche une température du couvain à 35°C ultra-constante tout le mois d’avril. Sans l’ouvrir, nous pouvons assurer qu’elle dispose d’au moins 4 cadres de beau couvain. Il n’y a pas eu d’essaimage non plus sur la période.

  • Non, la reine n’est pas en déclin.

Ensuite, comparons avec les pairs

Nous avons la chance d’avoir deux autres ruches équipées de capteurs dans un rucher B à seulement 2.6 km à vol d’oiseau. Les R17 et R26 présentent également un couvain pleinement développé comme la R5. Nous pouvons comparer ces trois colonies entre elles. Nous constatons que, finalement, R17 et R26 font nettement mieux : +7,2kg et +10,5kg respectivement. Bien que les niveaux soient différents, les tendances journalières sont assez proches entre les trois ruches (voir ci-dessous) avec des journées rouges et des journées plutôt vertes (elles doivent toutes être abonnées à Bison futé).

  • Non, pas de défaut de miellée.

Jusqu’ici, nous pouvons écarter comme causes possibles une reine vieillissante ou un manque de ressources.

Quid de la météo ?

Normalement, la météorologie générale ne devrait pas être la cause non plus. Les deux ruchers sont très proches et à ce niveau, donc les conditions climatiques sont identiques. Sauf que… Regardons les températures maximales journalières dans chacun des ruchers :

Très clairement, le rucher A dans lequel se situe R5 est dans un environnement plus frais que le rucher B. La température maximale moyenne d’avril 2019 est de 18,2°C pour le premier et 21,2°C pour le second. Trois degrés d’écart qui semblent faire toute la différence.

Les 20,5°C atteints en 2018 sur le rucher A semblent corroborer l’hypothèse que le paramètre clé de notre analyse est l’exposition du rucher. Effectivement, il se trouve que le rucher A se situe dans un bois sous une couverture végétale d’acacias, alors que le rucher B est également en zone boisée mais au milieu d’une clairière.

Bilan des courses

Nous en concluons que finalement l’exposition du rucher est à l’origine des faibles niveaux de production de la ruche 5. Les abeilles étaient présentes, les ressources aussi, la météo également. Mais pas l’ensoleillement. Il a suffi d’une année un peu plus fraîche que la précédente, 2°C d’écart en température maximale mensuelle, pour limiter la production d’avril dans ce rucher.

Rucher A

Rucher B